- Publicité -
- Publicité -

Miroir de l'agriculture, de l'agroalimentaire et du monde animal

Accueil Agriculture Agriculture : Lancement d'une opération pour l'actualisation des données agricoles

Agriculture : Lancement d’une opération pour l’actualisation des données agricoles

- Advertisement -

Une opération de recensement global a été lancée par le secteur de l’Agriculture au niveau des administrations et des chambres sous tutelle en vue d’actualiser les données agricoles qui remontent à 2001, a indiqué jeudi le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelhamid Hemdani.

« Les statistiques étant la base pour la conception des politiques publiques et des stratégies économiques, il est impossible de continuer à travailler avec des chiffres et des données qui remontent à plus de 10 ans », a affirmé le ministre qui s’exprimait à l’occasion de la cérémonie de lancement de « Ghorfati », un portail électronique de la Chambre nationale de l’agriculture (CNA). Le secteur est à la dernière phase du recensement avant d’amorcer l’étape de la modernisation prévue début 2024, a fait savoir M. Hemdani, soulignant que cette démarche est à même de lever toutes les entraves auxquelles se heurte l’agriculteur ou l’investisseur et d’arriver à zéro papier horizon 2024. « On ne peut pas parler du développement du secteur agricole sans mettre fin aux entraves bureaucratiques », a-t-il dit, ajoutant que l’agriculteur et l’investisseur sont en quête éternelle des dossiers, de documents et d’informations. « Parvenir à un investissement structuré et selon une vision scientifique, nécessite d’abord, de débarrasser les agriculteurs et les investisseurs du fardeau de la bureaucratie tout en mettant en place une méthode basée sur la numérisation qui assure la transparence et la traçabilité des dossiers », a-t-il précisé. Le ministère de l’Agriculture œuvre en collaboration avec l’Agence spatiale algérienne (ASAL) à l’application du programme de numérisation et de recensement depuis août dernier, pour cadastrer les terrains agricoles notamment dans les zones sahariennes et les Hauts-plateaux, le but étant de déterminer les terrains pouvant faire l’objet ou pas d’investissements agricoles. Pour le même responsable, le recours à une agriculture intelligente permettra d’opérer un équilibre entre les écosystèmes et aider à l’amélioration du rendement et de la qualité du produit. La prochaine opération de recensement devant être annoncée sous peu lors d’un point de presse spécial, se fera par le recours à des mécanismes de numérisation et aux innovations des startup dont le secteur sera l’incubateur. Les jeunes 3startuppeurs ont développé des applications importantes pour le secteur agricole, indique M. Hemdani, pour qui, il devient désormais impératif de les accompagner et de les associer à la concrétisation des objectifs du secteur. Ceci passe par des conventions conclues avec le ministère de l’Agriculture qui sera l’incubateur de ces startup pour pouvoir tirer profit des applications propres aux techniques d’irrigation, de traçabilité du cheptel et de détection des maladies phytosanitaires. Ces applications qui porteront sur toutes les filières, y compris la production, doivent être élargies, à l’avenir, au domaine forestier et à l’agroalimentaire, estime le ministre.

Trois mesures importantes pour faire face à la hausse des prix de l’aliment pour bétail

Répondant aux questions de la presse sur la rareté sur le marché mondial, des aliments pour bétail et sur ses répercussions sur les prix de cette matière sur le marché national, le ministre a déploré « la hausse exponentielle récente » des prix mondiaux, du fait des quantités rares. Pour y remédier, le secteur a été amené à prendre trois (3) mesures ayant eu un impact positif sur le terrain. Ainsi, le secteur a subventionné certaines matières et limité le prix des aliments destinés à l’alimentation des vaches laitières, dans une fourchette comprise entre 2.200 et 3.300 Da. Des mesures ont également été prises concernant le son qui connait des fluctuations sur le marché. Le secteur a également installé une cellule de suivi quotidien du marché, notamment dans les wilayas du Sud et les Hauts-Plateaux, impactées par la sécheresse. Pour le ministre, il n’existe pas actuellement une crise concernant la disponibilité de l’aliment de bétail, mais « un dysfonctionnement organisationnel » qui requiert le renforcement de la concertation et de l’entente au niveau de l’administration locale.

- Advertisement -
- Advertisement -

Lire aussi

18 ème édition Djazagro 2021

https://youtu.be/WFFzJ_xizyM
- Advertisement -

Related News

- Advertisement -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici