- Publicité -
- Publicité -

Miroir de l'agriculture, de l'agroalimentaire et du monde animal

Accueil Faunes et flores L’oiseau pyromane et les Mégafeux

L’oiseau pyromane et les Mégafeux

- Advertisement -

Une Revue scientifique intitulée ETHONOBIOLOGIE a publié une étude dans son édition de janvier 2018 au sein de laquelle une équipe de  chercheurs universitaires australiens a conclu que des oiseaux nuisibles participent à la propagation des feux de forêts enregistrés sur ce pays-continent pour élargir leur terrain de chasse en utilisant des techniques efficaces. Prendre des branches d’arbres brulées avec leur bec et griffes et les transporter sur d’autres surfaces boisées non encore atteinte par les feux. Un oiseau pyromane dangereux, le MILAN NOIR  qui détruit faune et flore pour satisfaire ses besoins biologiques. Cette incroyable découverte est déjà connue par les habitants autochtones de l’Australie, les aborigènes, depuis la nuit des temps et elle est même citée dans les Hadith du Prophète de l’Islam QSSSL rapportée par Al Boukhari dans ses textes.  D’ailleurs c’est l’un des deux oiseaux, l’autre est le corbeau, en compagnie de trois autres animaux, le scorpion, la souris et le chien enragé, que le prophète de Dieu a permis et ordonné de tuer même en terre sainte de l’Islam. La religion musulmane est une religion divine du savoir et de sciences qui incite à prendre soin de la nature t des animaux et qui recèle en son sein des secrets infinis de ce bas monde que les scientifiques ne cessent de découvrir avec une certaine stupéfaction. Les résultats de cette recherche obtenus en 2018 sont donc connus depuis 14 siècles.

Le Mégafeu, le monstre-roi de la forêt

Les feux de brousse en Australie ont fait subir à la nature des ravages extraordinaires en termes de vie animale et florale. Cette année, à l’instar des précédentes, des dégâts historiques ont été enregistrés avec plus de 16 800 000  hectares de végétations brulées et quelques 6500 bâtiments et maisons détruits en sus des dizaines de morts. Ces Mégafeux, terminologie  utilisée par les spécialistes pour désigner les feux gigantesques et incommensurables, sont devenus récurrents et cycliques. Ce qui effraye les experts qui suivent de très prés l’évolution des écosystèmes de la planète aujourd’hui  mise à mal par d’innombrables catastrophes naturelles ou provoquées par l’Homme. Le tissu de la flore et les populations de la faune s’amenuise d’année en année au grand dam des militants écologiques et autres défenseurs de la nature. De grands pays tels que l’Australie, les USA, le Brésil pour ne citer que ce trio qui recèlent des réserves importantes de la biodiversité font aujourd’hui face à une menace sérieuse de disparition d’une panoplie d’espèces animales et végétales du fait de l’ampleur des feux qui touchent les forêts de l’Amazonie, de Californie et des étendues de brousse australiennes.

La problématique de l’origine des feux

La communauté scientifique arrive difficilement à cerner les causes et effets de ces feux qui s’attirent les rampes de l’actualité mondiales puisque même l’appareillage technologiques et le dispositif scientifique dont ils disposent et mis en place dans ces forêts pour suivre de prés l’évolution des foyers de feux qui se déclenchent dans ces zones sont détruits par l’intensité des flammes. Ce qui leur fait perdre une somme considérables de données qui auraient permis de mieux comprendre ce phénomène et mieux cerner la problématique du déclenchement de ces feux et surtout l’origine. La menace qui pèse sur les écosystèmes est maintenant bien établie puisque les changements climatiques et les hausses des températures sont  vécus par les habitants de la planète et ressentis au quotidien. Les changements sont devenus durables dans le temps et les saisons, le désordre annonce un futur à hauts risques et plus dramatique encore aussi bien pour la nature que pour l’Homme. La NASA qui semble être l’institution scientifique la plus fiable au monde et qui suit avec une grande attention ces évolutions et phénomènes a d’ailleurs établi le fait que la fumée dégagée des feux, retracée par ses satellites d’observation, a fait le tour de la planète impactant ainsi l’ensemble des écosystèmes existants. Les particules fines projetées dans le ciel par ces Mégafeux se propagent dans toute l’atmosphère et atteints les coins les plus reculés de la planète Terre, même là où l’Homme n’a pas encore mis les pieds.

Une faune en voie d’extinction

Les chiffres révélés sont effarants. En Janvier 2020, les experts ont évalué les pertes subies par la terre à plus d’un milliard d’animaux péris. Cette estimation est à prendre avec une certaine prudence puisqu’elle établie sur la base de données statistiques recueillies en 2007 et pourrait être en deçà de la réalité puisque entre temps bon nombre d’espèces animales n’ont pas pu être répertoriées par la communauté scientifique. De même que le taux de croissance de la population animale n’a pas pu être évalué à sa juste mesure. En Australie par exemple, des espèces animales déjà menacées et fragilisées tels la population des kangourous, koalas, opossums, wombats et bien d’autres mammifères et reptiles ont subi de plein fouet les affres des flammes diminuant ostensiblement encore leur nombre. Les dégâts occasionnés sont parfois irréversibles. Le drame n’a pas dévoilé sous ses secrets. Au centre du drame, les insectes, les oiseaux et tous les animaux qui ont pris la forêt comme refuge. Les feux n’ont laissé aucun répit ni échappatoire aux malheureuses victimes du feu.

Vigilance, vigilance 

En Algérie, les feux cycliques qui se déclenchent en période d’été à l’occasion de l’arrivée des grandes chaleurs sont  appelés à être scannés par les scientifiques et les services de sécurité pour déterminer avec exactitude les origines des foyers de feux répertoriés. Dans ce cas de figure il n s’agit pas du Milan noir, l’oiseau pyromane, mais dans la majorité des cas de criminels et ennemis de la nature qui s’amusent à tirer profit du bois en sacrifiant toute les forêts. Les dégâts occasionnés chaque année sont considérables et créent un grand malaise au sein des populations dans les zones inaccessibles. Les paysans et les agriculteurs sont les premières victimes des flammes qui enveniment le quotidien des citoyens effrayés par l’ampleur des feux en perpétuelle croissance dévastant chaque année des milliers d’hectares. En Algérie aussi des espèces rares de plantes et de végétation ainsi que des animaux sont menacés d’extinction totale. L’absence d’une stratégie de lutte conte ces feux porte préjudice à l’économie nationale, l’environnement naturel et ses différents écosystèmes. Les moyens humains et matériels mis à la disposition des gardes forestier et des services de la protection civile ne rassurent ni les citoyens, ni la population animale et encore moins la flore. Cette situation fait craindre le pire pour les années et les étés à venir et la vigilance est de mise.  

                                                                                                   Kamel Benmesbah

 

 

- Advertisement -
- Advertisement -

Lire aussi

Industries agroalimentaires: Zaghdar rencontre les responsables du Groupe « AGRODIV »

Le ministre de l'Industrie, Ahmed Zaghdar a tenu une réunion avec les responsables du Groupe agro-industries "AGRODIV", pour examiner la situation de ce Groupe...
- Advertisement -

Plus 134 500 hectares consacrés aux cultures stratégiques dans le Sud

Une Superficie globale de plus de 134.500 hectares a été mobilisée dans les wilayas du sud pour le développement des cultures stratégiques et de l’industrie...

Agriculture : Des mesures d’urgence pour relancer l’activité agricole.

Le secteur de l’Agriculture entreprend le lancement de mesures d’urgence pour la relance de l’activité agricole dans l’objectif de promouvoir l’investissement et de réduire...

Réunion du Gouvernement : La communication, l’industrie, l’agriculture et la santé à l’ordre du jour.

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, a présidé samedi une réunion du Gouvernement, consacrée essentiellement aux secteurs de la Communication, de l'Industrie,...

Related News

Industries agroalimentaires: Zaghdar rencontre les responsables du Groupe « AGRODIV »

Le ministre de l'Industrie, Ahmed Zaghdar a tenu une réunion avec les responsables du Groupe agro-industries "AGRODIV", pour examiner la situation de ce Groupe...

Plus 134 500 hectares consacrés aux cultures stratégiques dans le Sud

Une Superficie globale de plus de 134.500 hectares a été mobilisée dans les wilayas du sud pour le développement des cultures stratégiques et de l’industrie...

Agriculture : Des mesures d’urgence pour relancer l’activité agricole.

Le secteur de l’Agriculture entreprend le lancement de mesures d’urgence pour la relance de l’activité agricole dans l’objectif de promouvoir l’investissement et de réduire...

Réunion du Gouvernement : La communication, l’industrie, l’agriculture et la santé à l’ordre du jour.

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, a présidé samedi une réunion du Gouvernement, consacrée essentiellement aux secteurs de la Communication, de l'Industrie,...
- Advertisement -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici